Roc'h des monts d'arrée 2011

Publié le 20 Septembre 2011

Après être parti de différents lieux de Vendée, nous nous retrouvons en début d’après midi à Huelgoat. Nous rejoignons le gîte et mangeons sur place …il est plus de 2h00 et tous le monde est affamé !

Le temps n’est franchement pas très beau : il fait froid et en plus il commence à pleuvoir ...pas de doute on est bien en Bretagne.

Nous nous rendons sur le site du roc’h pour retirer nos inscriptions. Ouf la pluie se calme. 2ème bonne surprise , il n’y a pas d’attente. Nous récupérons notre sac d’accueil : un T.shirt, une dosette énergétique et de quoi lire (Vélo vert+ pub).

102 6339

Nous profitons ensuite du temps qu’il nous reste pour visiter le « village » du roc’h. Au milieu  une zone de démonstration de trial et BMX , autour des exposants. Nous croisons des têtes vendéennes connues. Nous rentrons au gîtes ou un feux de cheminée nous attend  …c’est bien appréciable .

 

 

Dimanche :

7h00 du mat’ il pleut et il fait froid. La nuit nous avions déjà eu un aperçu de ce qui nous attendait avec les quelques gouttes tombées sur le velux. Le propriétaire du gîte nous indique qu’il ne pleut pas mais on ne doit pas avoir la même définition de la pluie car il mouillasse …pas vraiment encourageant pour les 120km qui nous attendent.

Notre départ est à 7h45. La veille nous avions prévu de descendre sur le site des roc’h en VTT mais il pleut de plus en plus et le jour n’est pas encore levé. A la dernière minute on change d’avis et on y va en fourgon (merci Laurent). Seul petit souci , le fourgon est prévu pour 3 et nous sommes 4…Le 4ème fera le trajet à l’arrière entre les VTT. De toute façon, il vient de monter les vélos et ne peut plus sortir !

102 6360

 

Départ –ravitaillement 1 :

Nous sommes 6 inscrits sur le 120km : Johnny, Patoche, Jean Jacques, Laurent, Fabien et moi.  

Freddy a préféré faire le 60km et part un peu plus tard.

 7h45 , le départ est donné mais Patoche et Johnny ne sont pas là. Après environ 300m on passe devant eux : ils déchargent les VTT et  partiront quelques minutes plus tard. 

Après avoir emprunté des chemins larges nous nous retrouvons dans les roc’h. Le paysage change, nous roulons au milieu de la bruyère. Le réservoir de « Saint Michel » n’est jamais loin et nous offre des belles vues lorsque le soleil apparaît.

Après environ 1 heure nous arrivons au 1er ravitaillement : les bénévoles sont déguisés sur le thème du moyen age.

102 6368 

Ravitaillement 1 à ravitaillement 2 :

Nous sommes toujours sur les hauteurs des monts. Le temps alterne entre pluie et éclaircies. Les averses ne sont jamais longues, ce qui nous permet de sécher et de ne pas prendre froid.

 

Ravitaillement 2 à ravitaillement 3 :

Depuis le début nous roulons à 4 (Laurent, Jean Jacques, Fabien et moi) mais le niveau de forme n’est pas le même pour tous. Fabien est contraint de rentrer par la route après environ 50km. Quelques kilomètres plus loin on arrive a convaincre Laurent de partir seul…je ne suis pas en grande forme et si il reste avec nous il  va souvent devoir attendre. Deuxième bonne raison pour partir seul :il rentre en Vendée dés dimanche soir contrairement à nous. Je ralenti l’allure et Jean Jacques m’attend.

 

Il est environ 12h30 quand on arrive au 3éme ravitaillement. Quelques minutes plus tard, Johnny et Patoche nous rejoignent. Les tables sont bien fournies en nourriture salé. Nous nous arrêtons plus longtemps pour recharger les batteries . Patoche est « cuit », il a regardé le circuit et sais qu’on va retourner dans les monts et dans les cailloux …terrains qu’il n’affectionne pas du tout !

 

Ravitaillement 3 à ravitaillement 4:

On passe par différents paysages : bruyères, chemins, forêt avec notamment une grande côte parsemée de racines (cachées pour certaines). On n’a vu personne aller jusqu’au bout.

 

Ravitaillement 4 à tavitaillement 5:

A environ 80km (je ne suis pas du tout sûr du kilométrage) un très beau passage nous attend dans une forêt .Du devers, quelques racines, le tout dans un décor enchanteur digne la forêt de Brocéliande.

En arrivant au ravitaillement 5, certains disent qu’il reste 20km, d’autres 25km. Pour se motiver Patoche se dit qu’il ne reste plus que 20km. Avant de repartir nous demandons à un organisateur combien il reste : « 28km »…Patoche n’est pas à côté et n’a rien entendu. On ne va pas lui casser le moral , on ne lui dit rien !

 

Ravitaillement 5 à ravitaillement 6 :

Ça monte dans des passages avec cailloux puis dans des passages très glissants. Les ornières sont pleines de boue. C’est un peu normal puisque quasiment tous les circuits sont passés par là.  Après de nombreuses tentatives , de nombreux démarrages , dérapages, arrêts…on fini par faire une partie à pied.

A la traversée d’une route on nous indique ravitaillement par la route à 3km ou 5km par le circuit. Le signaleur nous dit que ça descend,. On opte donc pour l’option  circuit. Le seul problème c’est que cette descente ressemble bien plus à du faux plat montant ! Le vent souffle de coté il y a de grosses ornières, il est difficile de ne pas finir hors de la trace. Le signaleur n’avait pas tout a fait tord…ça descend bien mais sur la fin.


Ravitaillement 6- Arrivée

Il est déjà tard (environ 6h15) lorsque nous arrivons au dernier ravitaillement et le démontage commence . Les bénévoles sont quand même encore présents avec le sourire alors qu’il sont là depuis le matin .

Patoche et Johnny rentrent par la route. Avec Jean Jacques nous poursuivons le circuit. Tous les parcours sont passés par là , soit environ 4500 VTTistes. Les chemins ressemblent à des champs de boues : difficile de garder la trajectoire que ça soit en descente ou en montée.

 

19h00 nous arrivons à Huelgoat et décidons de ne pas passer par l’arrivée. On va directement rejoindre le gîte. A un stop , en allant à gauche on prend la direction du gîte , en allant en face on poursuit le circuit. La logique aurait voulu que l’on tourne mais un belle montée nous attend…une demi second de réflexion et l’appel du défit est plus fort : un petite dernière histoire de voir si on est encore capable de monter. Ça passe…ça y ai on en a pour notre compte , on peut renter.

 

Bilan : Une randonnée à refaire.

102 6374

Les paysages et terrains sont variés : chemins, single dans la bruyère, passages dans la forêt, racines, cailloux…

Hormis quelques passages, rien n’est infaisable mais le circuit est usant car il n’y a pas de plat ( et encore plus sur la fin avec la boue). Ça monte et ça descend toujours, les 2800m de dénivelé étaient bien là.

 

L’organisation est bien rodée : les circuits sont tracés de façon à ce qu’ils ne passent pas au même moment au même endroit. Résultat : nous n’avons eu aucun bouchon sur 120km alors qu’il y avait 5000 participants au total.

 

Bravo aux organisateurs et bénévoles qui sont restés en poste plus de 10h00 et qui avaient toujours le sourire en fin de journée.

Une randonnée à refaire avec plus de préparation.


Rédigé par Linda

Publié dans #randonnées

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article